Le Calvaire

C’est un certain Malmazet, chirurgien protestant de son état, qui en 1732, fit ériger ce calvaire. Atteint d’une grave maladie, il fit le voeu de se convertir au catholicisme une fois guéri. Il fit alors un pélérinage à Jérusalem, dont il ramena un souvenir émerveillé. La disposition du promontoire entre la Volane et son affluent le Voltour lui parut propice à la reconstitution du calvaire de Jérusalem.

De loin, l’édice a gardé son élégance ; de près, nul ne saurait rester insensible à son abandon, quoique chaque vendredi Saint les paroissiens effectuent le chemin de croix magnifiquement illustré par une artiste locale. Chaque station en mosaïque ponctue notre chemin d'humanité : étape de souffrances mais aussi temps de méditations pour ne pas dire chemin de Salut !