Dans le cadre des rencontres avec les habitants de la commune, après ceux de la Treuillère, Jean-Claude Flory, maire et président du Syndicat intercommunal pour le thermalisme et l’environnement (SITHERE), mercredi dernier, a présenté aux agents thermaux le projet d’agrandissement et de modernisation de l’établissement thermal de Vals-les-Bains. Etaient également présents Stéphane Rennou, directeur des thermes, et Thierry Fabre dont le cabinet d’architecture collabore avec le concepteur du projet Jean-Luc Demolombe.

En préambule, Jean-Claude Flory détailla les actions antérieures réalisées en partenariat avec le SITHERE pour protéger la ressource en eau minérale : mise aux normes d’une quarantaine de griffons, constitution d’une forêt communale de près de 80 hectares protégeant le gisement, obtention de la Déclaration d’Intérêt Public des eaux de Vals en 2011… Ces actions qui sécurisent une quarantaine de sources, ont été complétées par une recherche de la ressource en eau minérale. Le maire rappela les différentes études scientifiques effectuées ces dernières années qui ont prouvé l’efficacité de la cure thermale face au diabète et au surpoids, travail de longue haleine en lien avec les équipes médicales chapotées par un professeur de médecine.

Plus qu’une extension, c’est une véritable métamorphose de l’établissement thermal qui verra le jour. Le cabinet d’architecture Jean-Luc Demolombe de Toulouse, en partenariat avec l’architecte ardéchois Fabre a conçu un ambitieux projet qui renouvellera l’image de la station thermale. Il proposera aux curistes un établissement d’une grande qualité offrant un confort optimal et apaisant. L’acoustique, l’éclairage, les matériaux utilisés, l’agencement des lieux, les équipements… ont été pensés dans cet optique. La partie cure médicale sera installée au rez-de-chaussée et le centre de bien-être avec vue sur le parc du Casino occupera l’étage supérieur. La mise en valeur de l’eau thermale et l’aspect naturel seront privilégiés. L’accueil sera déplacé pour offrir dès le seuil une perspective ouverte sur le patio et son architecture pour mettre en valeur le passé des thermes. Les dômes historiques sont conservés, ils accueilleront un Hamann et une salle de repos. L’établissement répondra également aux exigences d’économie d’énergie. Comme l’indique Jean-Claude Flory : « Au-delà de l’image, nous proposons un projet de grande qualité qui permettra de soigner deux fois plus de curistes et de clients du centre de bien-être. Dans dix ans, 80 000 entrées devraient être atteintes pour les soins bien-être et 5000 curistes devraient être accueillis. L’agrandissement des thermes aura un impact important pour le territoire, l’activité thermale et aussi des retombées directes sur l’emploi et sur les autres activités économiques ».

Ces travaux dont le montant s’élève à plus de 12 millions d’euros, s’échelonneront sur quatre ans et seront réalisés sur site occupé. Le chantier devrait être terminé en mars 2020. L’Europe, l’Etat, la région, le département, les structures intercommunales sont sollicités pour participer au financement.

Parallèlement, il présenta les projets communaux destinés à accompagner l’extension des thermes : création d’une cinquantaine de places de stationnement (fortement souhaitées par le personnel, les acteurs économiques et les habitants), dont certaines spécifiques pour les camping-cars ; mise en valeur du parc du Casino ; réhabilitation de l’avenue Paul Ribeyre entre la brasserie Bourganel et l’établissement thermal ; rénovation du quartier du Château…