Jean-Claude Flory a reçu Gilles Duffour, directeur du Centre Hospitalier de l’Ardèche Méridionale (Charme), en présence de Fabrice Brun, député, d’Anne Ventalon, sénatrice, et de Sandrine Genest, vice-présidente du conseil départemental en charge de la santé, et des politiques contractuelles afin de faire le point sur les démarches entreprises pour inciter l’accueil de médecins généralistes et développer l’offre de soins sur le territoire. Etait également présent Jean-François Terrisse, directeur du Syndicat Intercommunal pour le Thermalisme et l’Environnement, en charge de ce sujet en lien avec le centre hospitalier.

Gilles Duffour a fait le bilan sur le fonctionnement de la rééducation fonctionnelle et service de diabétologie présents à Vals-les-Bains et a présenté les actions effectuées par le Charme pour accroître l’offre de soins sur le territoire dans un contexte sanitaire difficile :

  • ouverture du nouveau service des urgences,
  • rénovation du service d’oncologie,
  • création d’une maison des internes,
  • projet de la construction d’un nouveau bloc opératoire,
  • projet de l’installation d’un second scanner,
  • etc.

Bien qu’il s’agisse d’une compétence nationale par l’intermédiaire du ministère de la Santé et des agences régionales de santé, la ville de Vals-les-Bains se mobilise depuis plusieurs années pour favoriser l’accueil de nouveaux professionnels de santé, notamment de médecins généralistes, en lien avec les professionnels de santé existants et l’hôpital.

Il a été indiqué que des actions concrètes pour accompagner l’accueil de nouveaux médecins étaient effectuées :

  • mise à disposition de bureaux aménagées sur le site du centre hospitalier, aux thermes et en ville ;
  • actions d’information sur les atouts de la commune en direction des lieux d’enseignement et accueil d’internes en médecines ;
  • projet en 2022 d’un pôle de santé pluridisciplinaire pour faciliter le travail des professionnels de santé.

Jean-Claude Flory précise : « Nous mettons tous nos atouts en avant pour réussir. Nous donnons aussi la chance à de futurs médecins d’avoir des possibilités d’exercice très diversifiées, de façon indépendante en profession libérale, en cabinet ou en pôle santé ou en tant que salarié par le biais du Charme. Nous soulignons la meilleure qualité de vie et de travail qu’offre notre territoire ».

Pour rappel, les premières actions ont permis d’aboutir à l’installation de deux spécialistes, le premier en médecine physique et de réadaptation (en janvier 2020) et le second en endocrinologie, diabétologie et médecine thermale (en mars 2021).

Gilles Duffour a mentionné l’accord du centre hospitalier pour ouvrir une antenne du centre de santé géré par l’hôpital à Vals et ainsi permettre et faciliter, aux côtés des médecins libéraux, le recrutement de médecins salariés : «  Les médecins disponibles sont peu nombreux, il faut travailler en partenariat avec les acteurs de la santé pour optimiser les possibilités de recrutement ».

Sandrine Genest a souhaité qu’une réflexion globale sur le bassin de vie ait lieu pour accueillir de nouveaux médecins généralistes. Fabrice Brun a salué le travail des élus locaux et rappelé la responsabilité de l’Etat sur une meilleure répartition géographique des médecins.