En 1998, 32 petites villes se sont unies pour constituer le réseau des Plus Beaux Détours de France que Vals-les-Bains a intégré en 1999. Il s’agissait alors de proposer une offre touristique cohérente permettant de découvrir la diversité du territoire français en dehors des zones les plus fréquentées qui concentrent près de 80% des visiteurs.

Aujourd’hui, l’association, forte de 107 communes, est répartie dans toutes les régions de France et dans 70 départements. Toutes ces communes obéissent à un cahier des charges spécifique et font l’objet d’un audit périodique d’évaluation. Plus qu’un label, la marque « Plus Beaux Détours » doit donc être considérée comme une appellation contrôlée qui s’efforce de garantir au visiteur que le détour en vaut la peine.

Pour donner plus d’ampleur à son action, Les 100 Plus Beaux Détours publient un guide annuel réalisé diffusé autour de 200 000 exemplaires, c’est le premier guide touristique français. Il est disponible gratuitement dans les offices de tourisme.

Michel Ceysson, maire de Vals-les-Bains, accompagné de Laurent Lewandowski, adjoint au tourisme, et d’Éric Jouret, conseiller municipal, représentant la commune au sein du réseau, a reçu une délégation des Plus Beaux Détours de France. Il souligna l’intérêt pour une ville comme Vals-les-Bains d’appartenir à un tel réseau touristique : « Il offre un rayonnement ainsi qu’un label très fort, reconnu par les institutionnels ». Il indiqua également que Vals-les-Bains est toujours prêt à évoluer et à répondre aux demandes des touristes.